Skip to main content

[𝐉𝐨𝐮𝐫𝐧𝐞́𝐞 𝐧𝐚𝐭𝐢𝐨𝐧𝐚𝐥𝐞 𝐝𝐞 𝐜𝐨𝐦𝐦𝐞́𝐦𝐨𝐫𝐚𝐭𝐢𝐨𝐧 𝐞𝐭 𝐝’𝐚𝐜𝐭𝐢𝐨𝐧 𝐜𝐨𝐧𝐭𝐫𝐞 𝐥𝐚 𝐯𝐢𝐨𝐥𝐞𝐧𝐜𝐞 𝐟𝐚𝐢𝐭𝐞 𝐚𝐮𝐱 𝐟𝐞𝐦𝐦𝐞𝐬]

Le 6 décembre 1989 marque les meurtres violents et misogynes de 14 jeunes femmes à l’école Polytechnique de Montréal. Cet événement horrible a amené le Parlement à faire du 6 décembre la Journée nationale de commémoration et d’action contre la violence faite aux femmes. Cette date marque aussi la fin des douze jours d’action contre les violences faites aux femmes.

Le 6 décembre, nous nous souvenons de :

➤ Geneviève Bergeron
➤ Hélène Colgan
➤ Nathalie Croteau
➤ Barbara Daigneault
➤ Anne-Marie Edward
➤ Maud Haviernick
➤ Maryse Laganière
➤ Maryse Leclair
➤ Anne-Marie Lemay
➤ Sonia Pelletier
➤ Michèle Richard
➤ Annie St-Arneault
➤ Annie Turcotte
➤ Barbara Klucznik-Widajewicz

Depuis janvier 2021, nous nous souvenons de :

➤ Romane Bonnier
➤ Anna Uitangak
➤ Andréanne Ouellet
➤ Identité inconnue
➤ Nathalie Piché
➤ Lisette Corbeil
➤ Zoleikha Bakhtiar
➤ Dyann Serafica-Donaire
➤ Kataluk Paningayak-Naluiyuk
➤ Rebekah Harry
➤ Nadège Jolicoeur
➤ Carolyne Labonté
➤ Sylvie Bisson
➤ Nancy Roy
➤ Marly Edouard
➤ Elisapee Angma
➤ Nancy Roy
➤ Identité inconnue

Il est primordial de continuer à lutter contre les violences faites aux femmes afin de contrer le sexisme, le racisme, la transphobie, la lesbophobie, la biphobie, la grossophobie, le capacitisme, le colonialisme et toutes les autres formes de violences faites aux femmes. En effet, au Canada et dans le monde, les femmes, les filles et les membres de la diversité sexuelle et de la pluralité des genres vivent au quotidien des oppressions inacceptables.La Journée nationale de commémoration et d’action contre la violence faite aux femmes sert à se souvenir de celles qui sont mortes à cause de leur genre. Il importe que le gouvernement mette des mesures en place afin que toutes les femmes et leurs familles puissent vivre en sécurité. Il faut écouter les femmes et les victimes et leur donner une place de choix dans les prises de décisions les concernant.

#Pasunedeplus

SI VOUS AVEZ BESOIN D’AIDE

SOS violence conjugale 1 800 363-9010
Ligne québécoise de prévention du suicide 1 866 APPELLE (277-3553)
Jeunesse, J’écoute 1 800 668-6868
Tel-Jeunes  1 800 263-2266

Laisser une réponse