[𝟰𝟬𝗲 𝗝𝗢𝗨𝗥𝗡𝗘́𝗘 𝗗❜𝗔𝗖𝗧𝗜𝗢𝗡 𝗖𝗢𝗡𝗧𝗥𝗘 𝗟𝗘𝗦 𝗩𝗜𝗢𝗟𝗘𝗡𝗖𝗘𝗦 𝗦𝗘𝗫𝗨𝗘𝗟𝗟𝗘𝗦]

Depuis plusieurs années, à chaque troisième vendredi de septembre, les différents organismes féministes se mobilisent pour la Journée d’action contre les violences sexuelles, orchestrée par les Centres d’aide et de luttes contre les agressions à caractère sexuel (CALACS) en collaboration avec le Regroupement québécois des CALACS (RQCALACS). Cette journée sert principalement à sensibiliser la population à la violence sexuelle que vivent les femmes et à revendiquer des actions concrètes de la part des instances décisionnelles.

Au Québec, selon les statistiques, 1 femme sur 3 a été victime d’au moins une agression à caractère sexuel depuis l’âge de 16 ans et seulement 3 plaintes sur 1 000 se soldent en condamnation. Dû à plusieurs facteurs tels que les inégalités sociales, les préjugés, la culture du viol ou encore les stéréotypes de genres bien ancrés, celles-ci sont plus à risque de vivre cette forme de violence. Les luttes sociales et les actions collectives sont encore nécessaires et doivent être prises au sérieux. Comme individu, et comme société, nous avons le devoir de nous questionner, de susciter le dialogue et de réagir férocement face aux violences sexuelles. D’ailleurs, les vagues de dénonciations des dernières années ont permis de remettre en lumière cette problématique sociale et de donner une voix aux survivantes afin qu’elles puissent être enfin entendues.

Quelques victoires ont été gagnées, mais encore trop de chemin reste à faire pour assurer une réelle sécurité aux femmes du Québec et du monde entier. En effet, il est primordial d’adapter nos pratiques afin de bien soutenir, informer et outiller les victimes qui sont trop souvent invalidées dans leur vécu. Face à l’échec du système judiciaire à protéger les survivantes d’agressions sexuelles, nous tenons tout de même à démontrer notre appui face à la création d’un tribunal spécialisé en matière de violences sexuelles et violence conjugale. Cette initiative permettra, on le souhaite, de mieux répondre aux besoins des survivantes et de favoriser une réelle justice sociale.

Voici également quelques attitudes aidantes à mettre en place lorsqu’une personne dévoile une agression sexuelle : Croire la personne; écouter sans juger; respecter son rythme; recevoir sans minimiser; assurer la confidentialité; éviter les réactions fortes; valider ses émotions et ses sentiments; déculpabiliser; garantir la sécurité; offrir du soutien; favoriser son autonomie; orienter vers les bonnes ressources.

𝗥𝗘𝗦𝗦𝗢𝗨𝗥𝗖𝗘𝗦 :

  • Ligne-ressource provinciale pour victimes d’agression sexuelle : 1-888-933-9007
  • Regroupement québécois des CALACS : 514-529-5252
  • Juripop : 1-855-587-4767
  • Réseau des CAVAC : 1-866-532-2822
  • SOS Violence conjugale : 1-800-363-9010

#OnTeCroit

Laisser une réponse