Qui sommes-nous?

Historique

Créé en 1999, ESPACE Gaspésie-les-îles est un organisme communautaire autonome dont la mission est de prévenir toutes les formes de violence commise envers les enfants. Notre principal outil est le programme ESPACE, donné dans les écoles primaires et les milieux de garde. Par le biais d’ateliers interactifs, nous souhaitons outiller les enfants à reconnaître différentes situations de violence et à agir pour s’en sortir. De plus, nous offrons au personnel et aux parents des milieux visités des formations visant à les sensibiliser à leur rôle de prévention au quotidien ainsi qu’à les appuyer en cas de confidences de la part des enfants.

Actif partout dans la région

ESPACE Gaspésie-les-îles est un organisme régional, c’est-à-dire que nous sommes actifs dans toutes les écoles primaires et CPE des Îles-de-la-Madeleine et de la région administrative de la Gaspésie. Nous travaillons auprès des communautés francophones, anglophones et micmaques.

Nos réalisations

Notre action en chiffre : Jusqu’à maintenant, ce sont 20 462 enfants et 4390 adultes qui ont été outillés par notre organisme.

Année 2020-21

L’année 2020-2021 aura été une année mouvementée pour tout le monde. Chez ESPACE GÎM, 2020 aura été l’année du lancement de notre tout premier livre « Mon corps, mes droits! ». Celui-ci fut distribué dans toutes les écoles et les milieux de garde de la Gaspésie et des Îles-de-la-Madeleine. Les bibliothèques de la région ont aussi reçu leurs exemplaires du livre. Il fut si populaire, qu’il devint vite victime de son propre succès.
Nous sommes fières et fiers de vous annoncer que notre livre « Mon corps, mes droits » a trouvé une place au sein de la maison d’édition Dominique et Compagnie. Restez à l’affut, de beaux projets découleront certainement de ce partenariat.

Le saviez-vous?

  • ESPACE Gaspésie-les-Îles fait partie du Regroupement des organismes ESPACE du Québec (ROEQ) composé de 9 autres organismes ESPACE partout au Québec.
  • 1 personne sur 3 a vécu une forme ou une autre de violence durant son enfant (Tourigny et al., 2006)
  • Dans 85% des cas d’intimidation, d’autres enfants sont présents. Les adultes, eux, sont au courant de seulement 4% de ces incidents. Il est par contre noté que, lorsque les témoins interviennent, l’intimidation cesse en moins de 10 secondes dans 57% des cas. (Bâtir des communautés plus sûres, ministère de la Justice du Gouvernement du Canada, 2003)
  • Dans une situation d’agression sexuelle, si l’enfant dit « Non! » fermement, l’agression arrête dans 60% des cas. (CIASF)
  • On observe une baisse marquée de l’utilisation de la punition corporelle au Québec depuis les dernières années pour 48% en 1999 contre 26% en 2018 (Institut de la Statistique du Québec. La violence familiale dans la vie des enfants, 2018).
  • Si vous connaissez un enfant qui est victime de mauvais traitements physiques ou d’abus sexuels, il est de votre devoir, en tant que citoyen.ne de signaler la situation sans tarder à la Direction de la protection de la jeunesse (DPJ).
  • Lorsqu’un signalement est fait à la DPJ, celle-ci vous offre l’immunité en cas de poursuite. De plus, le signalement reste confidentiel, votre identité ne sera donc jamais divulguée. Lorsqu’un signalement est fait, même si celui-ci n’est pas retenu, le dossier de l’enfant reste ouvert pendant 2 ans partout au Québec. Des informations peuvent donc s’y ajouter pendant cette période.